16/01/2017 : Edward Weston, et galette des rois

janvier 18, 2017 Martine Belmon

Suite de la série Photographes Célèbres proposée par Jean-Marc Guillemaut.  Ce soir

Edward Weston

 

Edward Weston  est né le 24 mars 1886 à Highland Park en Illinois, et  mort le à Carmel-by-the-Sea en Californie).

Il est considéré comme un pionnier et comme l’un des artistes au parcours le plus typique de la « photographie pure » américaine.

Cofondateur du groupe f/64. La majeure partie de son travail a été effectuée en utilisant une chambre photographique de 8×10 pouces.

En 1902, il reçut de son père son premier appareil-photo pour son seizième anniversaire, un Kodak Bull’s-Eye #2, et commença à prendre des photographies dans les parcs de Chicago et à la ferme de sa tante. Weston rencontra rapidement le succès et l’Institut d’art de Chicago exposa ses photographies un an plus tard, en 1903.

En 1906, Weston alla en Californie, où il décida de s’installer et de poursuivre une carrière dans la photographie. Il ouvrit son premier studio photographique à Tropico, Californie en 1911, et écrivit, pour plusieurs magazines de grande diffusion, des articles concernant ses méthodes peu conventionnelles de faire du portrait.

À côté du portrait, Weston se spécialisa dans le nu et la nature morte. Il parcourut tout le pays à la recherche de clichés réalistes, de formes dépouillées et sobres. À cette époque, le photographe accomplit un travail très réaliste mais chargé d’esthétisme.

Mais l’année 1922 marqua une période de transition pour Weston, renonçant au pictorialisme en faveur de la photographie pure (ou «straight photography») par laquelle il explora la complexité des formes naturelles, du paysage au nu. C’est à partir de ce moment que Weston ne fit plus que des photographies nettes et piquées avec une très grande précision.

Après quelques expositions de ses travaux à New York, il cofonda le groupe f/64 en 1932 avec Ansel Adams (voir cet article), Willard Van Dyke et d’autres.

f/64 se rapporte à la plus petite ouverture du diaphragme d’un appareil-photo de grand format, elle donne la profondeur de champ maximum, rendant la photographie très nette du premier plan au dernier plan.

Le Center for Creative Photography de l’Université d’Arizona à Tucson conserve les archives du travail d’Edward Weston, c’est-à-dire plusieurs milliers de négatifs et des centaines de tirages.

En 1970, les Rencontres d’Arles (France) lui consacrent une exposition Hommage à Edward Weston.

 

Après cette partie culturelle fort intéressante, nous avons tous fêté dignement les Rois autour de la galette !