12/03/2018 : Critique photo et présentation de Luigi Ghirri

mars 13, 2018 Martine Belmon

WP_20180312_18_41_51_Pro

Dominik et Gérard se sont chargés de la première partie de cette soirée : analyse d’une photo primée, et présentation d’un photographe célèbre.

 

Analyse d’image : “le Doigt” de Didier Eudes

WP_20180312_18_42_50_Pro Cette photo a reçu le prix de la meilleure image projetée au concours national de la FPF en 2014.

Au-delà du “j’aime beaucoup” ou du “bof…”, nous avons été sollicités pour une analyse plus construite et argumentée.

La construction de l’image, en cadrage serré, fermé par les lignes obliques des cordes et du bras flou en premier plan, guide l’oeil vers la petite zone qui en est le sujet et la force : les 3 visages organisés autour du doigt dressé impérieusement. Les expressions du manager et du soigneur, concentrés et agressifs, contrastent avec celle du boxeur qui accuse les coups.Le traitement en noir et blanc très contrasté ajoute encore à la dramaturgie du moment.

Cette scène assez inattendue du combat de boxe en dit plus long sur ce sport que un cliché classique de 2 combattants sur le ring.

 

Présentation d’un photographe célèbre :  Luigi Ghirri

Luigi Ghirri (Scandiano, Reggio Emilia, 1943 – Roncocesi, Reggio Emilia, 1992)

luigi_ghirri

 

Né le 5 janvier 1943 à Scandiano, dans la province de Reggio Emilia, Luigi Ghirri poursuit des études tech- niques à Modène avant d’obtenir un diplôme de géomètre en 1962, métier qu’il exercera jusqu’en 1974. Artiste parmi les plus importants et influents dans le monde de la photographie contemporaine, il réalise ses photos pendant plus de vingt ans, de 1970 à 1992.

 

En 1974, il ouvre un atelier d’art graphique avant de fonder avec des associés, en 1977, la maison d’édition Punto e virgola qui publiera Kodachrome.

Le nom Kodachrome, étant la marque d’un des plus anciens produits photographiques connus, signifie pour Ghirri, non sans ironie, la “photographie” dans le sens le plus large du terme. Tant à l’intérieur du livre Kodachrome qu’à travers la série spécifique publiée dans le catalogue de l’exposition de Parme, l’artiste enquête donc sur le thème de l’image comme substitut de la réalité. Il s’arrête sur quelques détails de l’espace anthropisé, à savoir sur ses caractères constitutifs essentiels.

luig-ghirri-Formigine_1985luigi-ghirri-bastia-1976

La photographie que Ghirri veut analyser est une réalité morcelée. Une réalité faite de nuances de ciels, de détails, de lieux, de miroirs, réfléchissant des pans de cette même réalité. Elle est également faite de vitrines qui englobent souvent un contexte qui se reflète, d’affiches publicitaires qui dialoguent avec un objet “concret”, ou bien de fragments de papier ramassés à terre qui semblent fournir un indice. Une réalité dans laquelle le rapport entre le “vrai” et le “faux” se mesure dans la dimension de l’image, en offrant une nouvelle clé stimulante et interprétative.

Luigi Ghirri est l’un des artistes les plus significatifs de l’histoire de la photographie du XXe siècle. Ses œuvres sont conservées dans plusieurs musées du monde, parmi lesquels:  Musée de la Photographie Réattu (Arles), Polaroid Collection (Cambridge, Massachusetts), Museo di Fotografia Contemporanea (Cinisello Balsamo, Milan), Museum of Modern Art (New York), et beaucoup d’autres dans le monde.

BD_Ghirri_Morandi20161013_0046

Merci aux deux officiants pour cette séquence “Culture photo” très intéressante.

Pour en savoir plus sur Luigi Ghirri :

La soirée s’est poursuivie avec la sélection de nos photos pour les thèmes en cours : Regard sur la montagne, Expressions, et notre nouveau thème Au commencement.

Cette sélection dans la bonne humeur a donné lieu à quelques bonnes parties de rires !

Notre prochaine réunion aura lieu le lundi 26 mars .